28 février - Laurent Mekies, le nouveau patron de Red BullLa deuxième écurie de Formule 1 de , a riposté durement aux suggestions selon lesquelles les deux équipes seraient désormais beaucoup trop étroitement alignées.

Laisser tomber le Alpha Tauri le nom et le retour au surnom maladroit de Visa Cash App RB pour 2024 ont coïncidé avec des changements clés au sein de cette dernière - dont une grande partie est centrée sur la création de davantage de synergies avec l'équipe senior Red Bull Courses.

McLaren Le PDG Zak Brown a été le plus franc, exhortant la FIA à sévir contre ce qu'il appelle les « équipes B » – mais Mekies dit Red Bull et RB ne font rien de mal.

"Nous respectons la réglementation à 100 pour cent", a-t-il déclaré au journal Ouest France.

"Si quelqu'un a des doutes à ce sujet, qu'il explique ses doutes. FIA mènera une enquête et montrera les résultats.

Mekies note que Red Bull avoir deux équipes remonte maintenant à deux décennies complètes, période au cours de laquelle les règles sont devenues « extrêmement claires sur ce qu'une équipe peut et ne peut pas partager avec une autre équipe ».

"Nous sommes un sport où il est très difficile de copier une autre voiture, donc partager un moteur, une boîte de vitesses, une suspension, ne nous permet pas - malheureusement - d'avoir le niveau de performance de l'équipe qui nous donne ces éléments. Sinon, ce serait trop facile", a-t-il déclaré.

Le Français a dit Red Bull est diabolisé à tort pour sa collaboration avec l'équipe AB.

"C'est une crainte qui n'est pas réelle", a déclaré Mekies, "car nous avons dix ans d'histoire qui montrent qu'elle n'a jamais permis miraculeusement à une équipe de faire un bond en avant dans ses performances.

"Si nous voulons faire ce saut, ce n'est pas par là que cela va passer. C'est par des investissements, du recrutement, du renforcement, une organisation durable de l'équipe."

Cependant, l'une des plus grandes préoccupations de Zak Brown est que les collaborations de l'équipe « AB » Red Bull un avantage à d’autres égards – comme une influence politique effectivement doublée.

"Cela ne change rien", rétorque Mekies, "ni dans le travail que nous devons faire pour devenir plus compétitifs - d'où le renforcement de l'équipe qui devient chaque jour plus indépendante - ni dans notre liberté et notre devoir de lutter avec les neuf autres équipes en piste.

"Nous achetons certains composants chez Red Bull", admet-il, " mais nous restons des concurrents indépendants. "


✅ Découvrez plus de messages avec des sujets connexes :

Quelle est votre opinion de fan de F1?

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

S'il vous plaît suivez notre commenter les directives.