Aug.26 - Kimi Raikkonen a minimisé la pression qui monte sur les épaules de son ancien coéquipier Ferrari.

Selon des initiés, Sebastian Vettel a été marginalisée non seulement par un Charles Leclerc-focalisé Maranello, mais par la presse italienne notoire.

Mais l'ancien coéquipier de Vettel, Raikkonen, insiste: «La pression ou l'attention n'est pas différente chez Ferrari que dans n'importe quelle autre équipe.

"Si vous lisez tous les rapports, cela peut sembler pire, mais je n'ai jamais vu les choses de cette façon", a déclaré le Finlandais, qui conduit désormais pour Alfa Romeo.

Raikkonen dit que le plus gros problème pour Vettel n'est pas son départ imminent de Ferrari, mais que sa voiture n'est pas aussi compétitive que prévu.

"Ce n'est jamais facile si cela ne fonctionne pas comme prévu", a déclaré le joueur de 40 ans à Speed ​​Week.

"Ici à Alfa Romeo les choses ne se passent pas bien non plus, mais je ne pense pas que ce soit différent de Ferrari. Bien sûr, les médias italiens peuvent être durs, mais rien ne peut être fait à ce sujet.

"Il est toujours facile pour les médias d'écrire quelque chose de mauvais, mais après une bonne performance le lendemain, ils sont à nouveau tous vos meilleurs amis. C'est comme ça que ça marche dans ce secteur."

Raikkonen conseille donc à Vettel de ne pas voir sa situation comme différente de celle de beaucoup d'autres en Formule 1.

"Je suis sûr qu'il n'est pas très satisfait de la situation actuelle", a-t-il déclaré, "mais ce serait la même chose pour chaque pilote dans sa situation dans toutes les autres équipes.

"Ferrari C'est peut-être Ferrari et les Italiens qui regardent de plus près, mais cela ne change pas votre façon de faire votre travail de pilote ", a ajouté Raikkonen." Je pense qu'il est dans ce sport depuis assez longtemps pour se sortir de la situation. "


✅ Découvrez plus de messages avec des sujets connexes :

Quelle est votre opinion de fan de F1?

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

S'il vous plaît suivez notre commenter les directives.