30 janvier - La FIA au pouvoir a défendu son président dans un climat politique qui s'intensifie en Formule 1.

Ces derniers jours, semaines et mois, il est devenu de plus en plus clair qu'un fossé se forme entre les équipes et Liberty Media d'un côté, et la FIA nouvellement dirigée par Mohammed Ben Sulayem.

Ils se sont heurtés aux problèmes de discours politique en F1, à l'offre d'entrée d'Andretti-Cadillac et, plus récemment, à la vente potentielle des droits commerciaux à l'Arabie saoudite.

Calendrier F2020 1 confirmé par la FIA

Siège de la FIA à Paris

Alors que les fronts se durcissent, il est très visible que des citations attribuées à Ben Sulayem sur un ancien site Web de profil officiel de 2001 le décrivent comme sexiste.

Dans le profil, il est cité comme disant qu'il "n'aime pas les femmes qui pensent qu'elles sont plus intelligentes que les hommes, car elles ne le sont pas, en vérité".

Un porte-parole de la fédération basée à Paris a fermement défendu le président de la FIA.

"Les remarques sur ce site Web archivé de 2001 ne reflètent pas les convictions du président de la FIA", a déclaré le porte-parole.

"Il a un solide bilan en matière de promotion des femmes et de l'égalité dans le sport, sur lequel il est heureux d'être jugé. C'était un élément central de son manifeste et les actions entreprises cette année et les nombreuses années qu'il a passées en tant que vice-président de la FIA pour le sport le prouvent." ."

Selon Sport1, Liberty Media - après avoir fustigé Ben Sulayem la semaine dernière pour son opposition à la vente potentielle de la F1 pour 20 milliards de dollars - préférerait que l'actuel président de la FIA soit évincé.

La source allemande a déclaré que l'ancien patron de l'équipe de F1, David Richards, est promu comme successeur potentiel.

La lettre très critique de la semaine dernière a cependant été signée par les avocats de la F1, Sacha Woodward. Hill et Renee Wilm - pas le directeur général du sport, Stefano Domenicali.

Roger Benoit, le correspondant chevronné du journal suisse Blick, a cité Domenicali disant au milieu du conflit : "La FIA fait son travail.

"Nous faisons le nôtre."

Forbes, le magazine économique américain très respecté, a nommé Liberty Media "l'empire sportif le plus précieux au monde" en 2023 avec sa valorisation de 20 milliards de dollars liée à l'Arabie saoudite.


✅ Découvrez plus de messages avec des sujets connexes :

Un fan de F1 commente sur "La FIA défend le président dans un conflit croissant en F1 sur les droits »

Quelle est votre opinion de fan de F1?

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

S'il vous plaît suivez notre commenter les directives.