PILOTES : 1. Max Verstappen (Red Bull Courses), 2. Lewis Hamilton (Mercedes) & 3. Charles Leclerc (Ferrari)

PARC FERME ENTREVUES (Conduit par David Coulthard

Q : Charles, c'était un excellent retour pour vous. La voiture de sécurité vous a évidemment ramené dans la course, mais quand vous avez eu de bonnes batailles là-bas avec le Red Bull, le rythme n'était tout simplement pas là pour les garder derrière. Mais vous devez être globalement satisfait ?

Charles LeclercOuais, satisfait d'une certaine manière parce que nous avons commencé P12, donc un podium est une bonne réussite. Mais au vu de la course, c'est évidemment un peu décevant. Nous avions le rythme, mais ensuite nous avons eu un peu trop de deg vers la fin de la course. Et ouais, mais on va travailler et à la fin, P3, en commençant par P12, c'est pas si mal.

Q : Oui, nous voyons derrière vous sur l'écran qu'il y a eu de bons dépassements, de bonnes courses. Tu es tout rouge au visage. C'est donc l'une des courses les plus difficiles, n'est-ce pas ? 

CL: Ouais, c'est définitivement, surtout le premier secteur avec autant de forces G. Et avec le pneu deg, vous continuez à travailler avec le volant, ce qui rend les choses encore plus difficiles, mais c'était une belle bataille avec Checo, puis plus tard avec Max. Mais oui, nous devons continuer à travailler afin de challEngagez-les un peu plus vers la fin des courses.

Q : Donc nous attendons toujours que le numéro deux et le numéro un sortent et nous rejoignent. Parlons donc un peu de Ferrari, qui court pour eux en Amérique. Vous avez un énorme suivi ici.

CL: Ouais, je suis extrêmement chanceux d'être un Ferrari pilote et je sais que c'est le cas, mais nous devons continuer à pousser. C'est formidable d'être ici pour voir autant de monde et tant de chemises rouges. Alors oui, nous continuerons à travailler et j'espère que l'année prochaine nous gagnerons.

Q : Et vous disposez d'un court délai avant la Grand prix mexicain. Des améliorations à venir pour cette course ? Des mises à niveau, des performances supplémentaires à venir ?

CL: Non. Ce n'est pas prévu comme ça. Mais oui, nous essaierons de maximiser notre forfait.

Q : D'accord, Charles, merci beaucoup. Lewis, vous avez un grand public ici. Pour un moment. Il semblait que la victoire était au rendez-vous. Tu lui as tout donné. Nous vous avons entendu complimenter l'équipe sur la stratégie, mais le rythme sous-jacent n'était pas là.

Lewis HamiltonOuais, tout d'abord, je veux dire un énorme merci à la foule ici. Nous avons une telle foule incroyable. C'est la plus grande foule que nous ayons eu ici depuis tout le temps que nous sommes ici, alors un grand, grand merci à tous. Deuxièmement, je veux donner un grand merci à mon équipe. Nous sommes venus ici avec des améliorations et nous avons un peu réduit l'écart. Nous étions si proches. J'ai fait tout ce que j'ai pu pour essayer de rester devant mais ils étaient juste un peu trop rapides aujourd'hui. Mais super stratégie. Grande course par Red Bull. Et encore toutes mes condoléances à l'équipe.

Q : De belles paroles Lewis, un grand respect là-bas. Mettez-nous dans le cockpit, comme vous pouvez entendre la foule vous acclamer là-bas, ce fut une course difficile. Vous aimez ce circuit de course, mais jusqu'où avez-vous dû creuser profondément pour vous mettre en tête ?

LH: Je suis brisé. La voiture était une poignée aujourd'hui. C'était incroyable, premièrement, d'être en tête. C'est quelque chose sur lequel nous avons travaillé si dur en équipe tout au long de l'année et j'avais tellement d'espoir. Mais c'est OK. On s'en tiendra à ça. Nous continuerons à pousser, nous essaierons de tout donner dans ces trois prochaines [courses]. Cela viendra à nous à un moment donné, alors…

Q : OK, eh bien, profitez du podium, profitez du champagne et reposez-vous avant le Mexique. Mesdames et messieurs, votre vainqueur de la course, Max Verstappen. Wow, vous avez travaillé dur pour celui-là. Il a regardé à un certain moment, il s'éclipsait, l'arrêt au stand. très atypique. Il y avait clairement un problème avec le pistolet à roue. Mais ensuite tu as baissé la tête. Vous avez dû vous battre plus fort avec Lewis. Comment ressentez-vous cette victoire ?

Max VerstappenOuais, c'était dur. Je veux dire, tout s'annonçait bien. Mais bien sûr, l'arrêt au stand a été un peu plus long que nous l'aurions souhaité. J'ai donc dû me battre à nouveau pour avancer. Mais oui, nous avons tout donné aujourd'hui. Et bien sûr, c'est un week-end très difficile pour nous. Alors celui-ci est définitivement dédié à Dietrich lui-même, ce qu'il a fait pour tout le monde. La seule chose que nous pouvions faire aujourd'hui était de gagner et même si après l'arrêt au stand, ça n'allait pas très bien, j'ai tout donné et j'ai poussé jusqu'à la limite pour revenir.

Q : Nous vous avons vu embrasser Helmut Marko que vous êtes sorti de la voiture. Il a évidemment joué un rôle déterminant dans la carrière de tant de pilotes. Un grand moment de réflexion, sur la vie de Dietrich Mateschitz pour remporter ici aussi le championnat des constructeurs. Donc, avec Checo, un grand effort d'équipe cette année.

MV: Ouais, bien sûr, nous avions une grande chance de gagner les constructeurs ici. Et bien sûr, vous voulez le faire avec style. Et je pense que nous l'avons fait aujourd'hui.

Q : Oui, nous voyons derrière à l'écran les batailles que vous avez eues, tout d'abord avec Charles et la Ferrari, puis bien sûr, Lewis ici sur les freins. Vous aviez le DRS, vous deviez le faire coller, et la bataille s'est poursuivie jusqu'au virage suivant.

MV: Oui, c'était quelques virages, mais c'est quand même une bonne piste pour se battre, comme si vous passez un virage, vous pouvez revenir dans le suivant et c'est vraiment agréable à conduire ici.

Q : Est-ce que cette victoire signifie plus pour vous, à cause de l'émotion du week-end, à cause du décès de M. Mateschitz, que d'autres victoires ? 

MV: Cela signifie vraiment beaucoup pour moi, pour l'équipe, car il était si important pour toute l'équipe. Il était tellement instrumental et, bien sûr, ça va continuer, mais nous voulions vraiment avoir un bon résultat aujourd'hui et oui, c'est bien sûr incroyable.

CONFÉRENCE DE PRESSE 

Q : Max, quelle façon d'honorer la mémoire de Dietrich. Ce fut un Grand Prix passionnant. Et cette victoire donne à l'équipe le championnat des constructeurs. À quel point ce moment est-il spécial pour vous et pour l'équipe ?

MV: Ouais, je veux dire, évidemment pour nous, ça a été un week-end difficile et nous voulions vraiment gagner aujourd'hui. Et je veux dire, tout s'annonçait bien, mais avec ce dernier arrêt, cet arrêt au stand de 11 secondes qui n'était pas le meilleur, après, bien sûr… Le peloton était assez serré à cause des Safety Cars. Alors oui, nous avons dû récupérer un peu. Au début, j'ai eu une bonne bataille avec Charles et une fois que j'ai pris de l'avance, j'ai eu l'impression d'avoir un peu trop endommagé mes pneus au début de ce nouvel ensemble de pneus, donc les premiers tours, je n'attrapais pas vraiment comme je le voulais à Lewis . Mais ensuite, je pense qu'une fois que j'aurai récupéré avec les pneus, je pourrais me rapprocher un peu, étape par étape. Et puis bien sûr, oui, j'ai opté pour le passage en 12. Et ce fut quelques tours difficiles pour le faire sortir du DRS. En général, je pense que tout au long de la course, on pouvait le voir aussi quand j'ai dépassé Charles, il pouvait rester dans le DRS pendant quelques tours par ici. Et il semblait que c'était assez puissant. Cela n'a donc pas été facile pour nous, mais au final, bien sûr, extrêmement heureux de gagner ce week-end difficile pour nous. Je pense que c'était en fait une course qu'il aurait adoré voir. Alors oui, bien sûr, je suis triste mais je suis aussi incroyablement fier de toute l'équipe et aussi de la façon dont ils ont fonctionné tout le week-end. Bien sûr, à part l'arrêt au stand, mais c'était une panne d'arme et ces choses peuvent malheureusement arriver. Mais oui, nous avons gardé le cap et nous avons aussi gagné celui des constructeurs. Je suis très fier de tout le monde aussi… Vous savez, les gens qui ne viennent même pas sur la piste, à l'usine, vous savez, l'effort qu'ils ont mis sur cette voiture aussi cette année a été énorme. Et je suis très fier de tout le monde, vous savez, pour sécuriser ça.

Q : Après cet arrêt de 11 secondes, qu'est-ce qui vous passait par la tête ?

MV: Beaucoup de jurons. J'étais très vexé. Mais dès que vous appuyez sur le limiteur de fosse, vous devez garder la tête baissée et foncer. Mais cela n'a pas été facile. Mais heureusement, cette piste est également incroyable pour la course. Ce n'est donc pas comme sur d'autres pistes où votre course est terminée. C'est un véritable hippodrome où vous pouvez passer. Et vous voyez aussi la première fois que j'ai essayé Charles, vous savez, ce virage 1 est tellement large mais ensuite, vous savez, s'il s'ouvre, il y a différentes lignes pour vous revenir. Et c'est assez difficile parce que le virage est si large que lorsque vous partez pour le déménagement, parfois vous ne pouvez même pas vraiment imaginer où l'autre voiture va être à nouveau. Mais cela fait une excellente course car cela vous donne tellement d'opportunités différentes, passer à l'intérieur ou l'ouvrir, puis peut-être avoir une réduction. C'est une bonne piste.

Q : Vous avez mis le pneu Medium dans le dernier relais. Était-ce une décision claire pour vous, ou avec Lewis sur le pneu dur, avez-vous pensé 'oh, avons-nous le bon caoutchouc?'

MV: Ils n'arrêtaient pas de me demander tout au long de la course ce que je pensais entre les pneus ? Et oui, je pense qu'à travers mes commentaires, je suppose qu'ils ont choisi le support. Et je pense que c'était juste. Je ne pense pas qu'en fin de compte, cela aurait beaucoup d'importance, car je pense que nous étions rapides sur le Medium et le Hard. Mais le médium a juste duré assez longtemps jusqu'à la fin.

Q : Et Max, c'est la 13e victoire de la saison pour vous, égalant le record. Qu'est-ce que ça fait? Pensez-vous que le numéro 14 est dans votre ligne de mire ? 

MV: Je veux dire, j'ai déjà dit que nous faisons aussi plus de courses par an. Ils ne sont donc pas toujours justifiables. Je veux dire, je pense, oui, nous avons une saison incroyable, mais bien sûr, quand vous avez une super voiture, vous pouvez gagner beaucoup de courses. Mais bien sûr, je suis fier d'avoir remporté beaucoup de courses, mais je ne regarde pas vraiment ce genre de statistiques. Je suis juste heureux de gagner des courses.

Q : D'accord. Très bien fait pour vous. Toutes nos félicitations pour le championnat des constructeurs également. Alors Lewis, venons-en à vous ensuite. Si proche de votre première victoire de la saison. En regardant simplement la situation dans son ensemble, à quel point cela vous a-t-il fait du bien d'être de retour devant?

LH: C'était incroyable. C'était incroyable d'être à distance de tir de Max pendant quelques points de la course. Nous ne savions vraiment pas à quoi ressemblerait notre rythme aujourd'hui. Je pense que dans le premier relais, il contrôlait le rythme et c'était très difficile de le garder. Mais dans cette deuxième phase de la course, où après la voiture de sécurité, j'ai pu le suivre et nous avons fait un excellent travail de stratégie aujourd'hui. Nous étions agressifs. Je suis vraiment fier de l'équipe. Je pense que tout le monde a travaillé si dur pour apporter des améliorations ici ce week-end. Et oui, pendant une seconde, j'ai pensé que nous pourrions peut-être nous y tenir, mais je pense que ce pneu Medium supplémentaire qu'ils avaient était juste un peu trop fort par rapport à nous.

Q : Qu'en est-il des mises à jour ? Pensez-vous que la voiture a fait un pas en avant ici ? Et qu'est-ce que cela signifie pour les trois courses restantes ?

LH: Honnêtement, c'est vraiment difficile de dire si oui ou non… Je suis sûr que l'équipe saura si nous avons fait un pas en avant par rapport aux autres. Il est difficile de dire si c'est par rapport à ces gars-là, mais je suis sûr que cela a aidé. Juste parce que vous allez à différentes courses, parfois, vous savez, à partir de la dernière course de cette course, il est difficile de vraiment ressentir exactement. Mais je pense que nous avons fait un pas dans la bonne direction. Ils ont été si rapides dans la ligne droite, je pense, qu'avec le DRS, ils sont 35 km/h plus rapides que nous. Si nous sommes derrière eux, nous sommes comme 22 8 plus rapides, je pense que c'est le cas, avec le DRS dans la ligne droite arrière. Il est donc revenu de très, très loin. Mais même sans le DRS, je pense qu'ils ont encore quelque chose comme XNUMX km d'avance sur nous, donc nous avons perdu beaucoup de temps dans la ligne droite, probablement quatre dixièmes au moins par tour. Nous avons donc quelques améliorations à apporter pour la voiture de l'année prochaine.

Q : Ok, donc c'est la vitesse en ligne droite. Comment ça s'est passé dans le secteur 1, dans les premiers balayages ? Et aussi, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le drame des freins qui s'est passé avant le début de la course ?

LH: Oui, eh bien, nous avons eu des problèmes avec nos freins toute l'année. Juste avec la séparation, en gros. Lorsque vous appuyez sur le frein, au lieu que les deux fronts fassent la même quantité de travail. Soit celui de gauche en fait plus, soit celui de droite en fait plus, car on gagne plus de température. Et donc nous avons eu une énorme différence de température, qui était essentiellement celle de gauche qui ne fonctionnait pas vraiment. Ils ont donc dû changer les freins. Et c'est quelque chose que nous avons vu beaucoup au cours de l'année avec ces nouveaux tambours plus gros. Et donc quelque chose sur lequel nous travaillons pour résoudre ce problème.

Q : Charles, 12 ansth au troisième. Vous avez eu une course chargée. Combien l'avez-vous apprécié?

CL: Oui, j'ai apprécié la première partie. Dès les premiers tours, il a fallu être patient. J'ai pris un bon départ, mais je me suis retrouvé dans un endroit malchanceux à la sortie du virage 1, donc j'ai pratiquement perdu tout ce que j'avais gagné. Et puis il s'agissait d'être patient, d'essayer de garder ces pneus pour ensuite attaquer à la fin de la première volée, qui comme je l'ai fait, et tout s'est bien passé. Nous avons eu un peu de chance avec la voiture de sécurité au bon moment pour nous, ce qui nous a remis dans la course. Mais malheureusement, nous avons subi un peu trop de dégradation des pneus pour nous battre pour plus haut. Mais oui, c'est une amélioration mais nous devons faire toutes les étapes.

Q : Quelles étaient vos attentes en entrant dans le Grand Prix aujourd'hui ?

CL: J'étais assez confiant qu'un podium était possible si nous faisions tout parfaitement. Avec le recul, je pense que la stratégie de communication a été la bonne. La gestion des pneumatiques, on doit encore faire un pas comme je l'ai dit, mais on travaille dans le bon sens.

Q : Pouvez-vous nous parler un peu de la bataille avec Max, nous avons vu un joli switcheroo après le virage 1. Après toutes ces années où vous avez couru ensemble, pouvez-vous presque prédire ce que l'autre gars va faire ?

CL: Eh bien, je pense que notre objectif n'est que cela : se surprendre mutuellement. Cela fait partie du jeu. Donc non, on ne peut pas vraiment prédire mais oui, c'était amusant, surtout dans le virage 1. Du virage 11 au virage 12, c'était moins amusant, car j'ai juste vu Max passer à gauche. Je pourrais lui faire signe. Et c'est tout. Et puis j'ai eu un autre combat avec Checo, également en 2012, où je savais que je pouvais prendre un peu plus de risques parce que nous nous battons ensemble pour la deuxième place du championnat, alors oui, c'était une course amusante dans l'ensemble.

QUESTIONS DU SOL

Q: (Frédéric Ferret – L'Equipe) Lewis, c'est la deuxième fois depuis Zandvoort que vous pouvez gagner. Êtes-vous sûr de pouvoir le faire avant la fin de la saison ? Et quelle course serait la meilleure pour vous et votre voiture ?

LH: Je pense qu'il faut vraiment être réaliste. La Red Bull voiture a été de loin la voiture la plus rapide toute l'année. Et c'est toujours la voiture la plus rapide. Donc aujourd'hui, nous étions… vous savez, nous sommes dans la position dans laquelle nous nous trouvons à travers de nombreuses courses, grâce à la fiabilité. Vous savez si Charles était là, si Pérez était là, par exemple, ça aurait été une course différente, parce qu'ils auraient été devant nous, on aurait été sur la troisième ligne. Et donc, je pense qu'aujourd'hui, c'était génial d'avoir commencé troisième et d'être en position de se battre, mais à cause d'un vrai rythme, ils nous ont devancés tout le week-end. Ils l'étaient aujourd'hui et ils seront les trois prochaines courses. Donc, à moins que quelque chose de dramatique n'arrive à d'autres d'entre eux, par exemple, il est très peu probable que nous ayons le rythme réel pour pouvoir rivaliser avec eux. Mais nous donnerons tout ce que nous avons. Nous travaillons sur la fabrication d'une voiture qui peut se battre avec eux. Mais je pense qu'aujourd'hui montre que notre travail d'équipe était fantastique. Je pense qu'en tant qu'équipe, nous avons fonctionné de manière incroyable. Je veux dire, il avait un arrêt de 11 secondes, et il était derrière Charles, cela montre juste le rythme qu'ils avaient en main, pour avoir dépassé Charles, et avoir rattrapé six secondes, et tiré trois secondes devant moi à au moins, cela montre une vitesse sérieuse. Donc, vous savez… mais il y a beaucoup de points positifs, comme je l'ai dit. Honnêtement, je pense que c'était notre meilleur… celui-ci était probablement l'un de nos meilleurs. Ouais.

Q : (Alex Kalinauckas – Autosport) Max, vous avez mentionné avoir d'abord éprouvé des difficultés avec les pneus dans le dernier relais après avoir dépassé Charles, puis vous avez dit que vous aviez réussi à récupérer un peu. Je me demandais, pourriez-vous expliquer comment vous avez fait cela? Et aussi, pouvez-vous nous parler de votre décision sur Lewis? Il semblait que vous placiez votre voiture particulièrement intelligemment, même après l'avoir dépassé ? Merci.

MV: Eh bien, les pneus chauffent vraiment. Ils sont également neufs, ils doivent donc encore monter en température. Ensuite, étant derrière la voiture dans les virages à grande vitesse, vous devez toujours tourner un peu plus, ce qui n'est pas bon pour le pneu. Donc, une fois que vous êtes dans de l'air pur, automatiquement, ils se refroidissent un peu. Donc juste pris quelques tours. Et oui, je pense que c'était bien. Comme je l'ai déjà dit, la piste vous permet vraiment de faire cela aussi, car elle est assez large. Ce genre de virages, vous pouvez vraiment freiner profondément dans le virage, puis l'autre voiture peut revenir vers vous à la sortie, en particulier de 12 à 15. Comme une voiture peut aller très serré et défendre l'autre peut vraiment l'ouvrir en haut. Donc, je pense que c'était une bonne course.

Q : (Jeff Gluck – The Athletic) Je sais que vous êtes traités comme des rock stars partout où vous allez maintenant, mais y a-t-il quelque chose que vous pouvez dire sur les fans américains et l'accueil que nous avons reçu ici ? Toujours une affluence record alors que le championnat est déjà décidé ?

LH: Ouais, foule record ici. Et nous avons deux Grands Prix ici aux États-Unis. Nous en aurons trois l'année prochaine. Ça pousse ici. Et c'est incroyable de… vous savez, ça fait 15 ans que je cours ici et je me suis toujours demandé pourquoi ce n'était pas le cas… les gens n'avaient pas tout à fait compris. En termes de… parce que c'est un si grand sport, ça. Il y a tellement de choses… c'est tellement complexe et tellement excitant. Donc, c'est bien de voir enfin que nous avons enfin cette portée, nous avons enfin puisé dans le pays et les gens ici aux États-Unis sont de si grands fans de sport, et ils apportent une si grande énergie. Le spectacle est fantastique. Et vous savez, juste en allant à la parade des pilotes, vous pouvez voir la foule et l'énergie qu'elle dégage, super excitée. Quand nous l'avons fait, la Fan Zone était la plus grande foule que nous ayons jamais eue. Tellement grand, grand merci à tous ceux qui ont pris le temps de venir ici ce week-end. Et, pour COTA, pour avoir organisé un événement aussi incroyable et incroyable. J'ai hâte de revenir. C'est une de mes courses préférées. J'ai gagné ici en 2012, la première course. Si proche à nouveau, pour avoir cela potentiellement aujourd'hui. Mais j'ai hâte de revenir l'année prochaine.

MV: Oui, je pense que Lewis a très bien expliqué cela. Je veux dire, je suppose que tout le monde s'est un peu demandé, pourquoi ça ne démarre pas un peu ici ? Mais je pense que ces dernières années aussi, avec Netflix, les gens avaient un peu plus de perspicacité. Parce que je pense que, jusqu'à il y a quelques années, le sport était très fermé. On ne pouvait pas vraiment se rapprocher des équipes. Je pense que tout s'ouvre un peu plus. Et puis, parce que Netflix donne un peu plus d'informations, vous commencez à comprendre un peu plus ce qui se passe. Et vous ne voyez pas seulement les voitures rouler. Je pense que c'est pourquoi les gens sont beaucoup plus enthousiastes à propos de la Formule 1 maintenant. Vous pouvez clairement voir… c'est partout dans le monde mais surtout aux États-Unis, la popularité augmente beaucoup. J'aime donc venir aux États-Unis et aussi, bien sûr, nous allons avoir trois Grands Prix, mais les trois courses sont complètement différentes, dans des endroits complètement différents. Donc, je pense que c'est aussi très important. Et oui, j'attends avec impatience les années à venir pour voir ce qui va suivre. Et oui, que va-t-il se passer dans les années à venir.

CL: C'est incroyable de voir la progression depuis la première année où je suis ici, en 2018, jusqu'à maintenant, le sport s'est massivement développé aux États-Unis, tellement plus de gens, tellement plus de gens à Austin, beaucoup plus difficile de faire le tour du ville facilement! Mais, mais c'est bon signe. Et je pense qu'il y a aussi une culture aux États-Unis pour faire du sport un spectacle. Et c'est vraiment comme ça que je le vois maintenant. Et il y a cahallenge de garder l'ADN du sport, d'ajouter du spectacle, et je pense que cela a été extrêmement bien fait. J'ai hâte de voir ce qui allait se passer à Vegas l'année prochaine, ce qui sera probablement fou.

Q : (Scott Mitchell-Malm – The Race) Pour Lewis, s'il vous plaît. Si vous aviez gagné la course aujourd'hui, j'ai l'impression que cela aurait été une bonne récompense pour le travail qui a été fait cette saison par l'équipe mais aussi par vous-même. On a parfois l'impression que cette saison ne reflète pas vraiment le travail que vous avez fait. Sans cette victoire, ce résultat phare, où êtes-vous fier de cette saison ? Qu'est-ce que c'est? Est-ce la façon dont vous avez dirigé l'équipe en piste, hors piste ? Que retenez-vous de cette année ?

LH: Je pense que même si nous n'avons pas remporté de victoire jusqu'à présent, je pense que c'est le travail d'équipe, je pense que c'est l'esprit d'équipe qui est resté fort et intact. je pense que c'est le challenges, les conversations difficiles que nous avons eues. Je pense que nous avons vraiment dû creuser profondément, nous ressaisissant plus que jamais, surtout après une fin de saison difficile l'an dernier. Et avec tout le challenges auxquels nous avons fait face cette année,. Je suis très fier des choses et des étapes qui ont finalement permis à Mission 44 de fonctionner et des étapes que nous commençons maintenant à voir et à avoir un impact réel. Je pense que c'est quelque chose dont je suis vraiment fier. Et puis juste pour être… Je suis toujours là, la fin de la saison toujours vraiment, vraiment fier de la performance d'aujourd'hui, collectivement en tant qu'équipe. Et, vous savez, tout au long de l'année, nous avons fait toutes les erreurs que nous devions faire, je pense, pour construire une base plus solide pour l'année prochaine. Donc, je pense que si nous pouvons mettre cette voiture à égalité avec ces gars-là. Je pense que nous pourrions avoir une année vraiment excitante l'année prochaine.

Q : (Joshua Robinson – Wall Street Journal) Lewis, vous passez en particulier beaucoup de temps aux États-Unis. Pour faire suite à ce qui a été dit auparavant, comment votre expérience en particulier a-t-elle changé ? Et selon vous, qu'est-ce qui a fait la différence, peut-être au-delà de Netflix ?

LH: Qu'est-ce qui a fait la différence?

Q : (Joshua Robinson – Wall Street Journal) En termes de popularité ici et comment les fans réagissent au sport et à l'émission qui a été présentée ?

LH: Il m'est difficile de vraiment répondre. Je ne sais pas vraiment, à part l'émission Netflix, qui a vraiment donné aux gens un aperçu beaucoup plus approfondi, car si vous allumez la télévision et commencez simplement à suivre, il est très, très difficile de comprendre ce qui se passe. Si vous vous présentez pour la première fois, c'est difficile si vous ne connaissez pas les détails de ce qui se passe au sein des équipes. Et dans quelques émissions, évidemment, cela met vraiment en évidence les portes ouvertes et puis je pense qu'une fois que les gens ont vu cela, ils viennent de descendre un véritable trou de ver pour en savoir plus sur la technologie, qu'il y a beaucoup de mathématiques en arrière-plan, il y a une énorme quantité de données, c'est la technologie la plus avancée qui existe, qui aiderait à se développer… qui passe dans les voitures de route. Et puis à la fin de la journée, il y a 20 pilotes qui sont des athlètes, qui mettent leur vie en jeu, week-end après week-end. Et contrairement aux autres sports qui sont aussi passionnants, il y a beaucoup de joueurs… en termes d'athlètes, nous ne sommes que 20, donc c'est un très, très petit groupe d'entre nous qui peut conduire ces fusées, donc nous sommes aussi proches de NASA je suppose, comme nous pouvons l'être.

Q : (Joshua Robinson – Wall Street Journal) Avez-vous pensé à ce que Vegas va être ?

LH: Je ne sais pas comment nous allons déjà nous déplacer à Vegas, mais je ne doute pas qu'ils vont faire un travail incroyable. Ça va être absolument incroyable. Je pense que ce sera probablement l'une des plus grandes, sinon la plus grande course. La piste ne sera pas aussi belle que cette course, je peux déjà vous le dire. Les circuits de rue ne sont pas aussi bons que les circuits plus ouverts et surtout les nouveaux circuits ne sont généralement pas aussi bons. C'est un circuit fantastique ici. C'est une piste sur laquelle vous pouvez courir. C'est beau et large mais la ville et l'atmosphère ne ressembleront probablement à rien. Avec toutes ces veilleuses, ça va être énorme

Q : (Marijn Abbenhuijs – AD Sportwereld) Lewis et Charles, vous vous êtes encore battus avec Max aujourd'hui. En regardant sa domination cette année, que pensez-vous de cela ? Pensez-vous que nous sommes au début d'une Max Verstappen ère ou voyez-vous des opportunités pour combler l'écart vers l'année prochaine?

CL: Eh bien, j'espère que non. Je vais tout faire pour que ça n'arrive pas et on travaille en équipe pour que ça n'arrive pas évidemment. Je pense qu'il est très clair pour nous où nous devons nous améliorer. Sur un tour, nous sommes vraiment forts et je pense que nous sommes au même niveau que Red Bull; au cours d'une course, puis nous avons du mal avec les pneus. Nous y mettons donc nos efforts et j'espère que nous verrons le résultat dès l'année prochaine. En repensant à la saison, il n'y a pas seulement eu une dégradation des pneus, mais il y a eu des erreurs, la stratégie, la communication et la gestion des pneus en font partie. Et, encore une fois, nous essayons d'utiliser au mieux ces dernières courses afin de challeng Max et Red Bull pour le championnat l'année prochaine. Mais je suis convaincu que nous pouvons le faire parce que je sais à quel point nous travaillons dur et je suis convaincu que nous travaillons dans la bonne direction.

LH: Il est trop tôt pour le dire. Si nous abordons l'année prochaine et qu'ils dominent à nouveau, alors oui, mais les Ferrari ont été plus rapides qu'eux tout au long des qualifications. Je pense qu'ils ont probablement eu de meilleures performances à chaque tour sur la majorité d'une grande partie de la saison. Maintenant, tout ce qu'ils ont à faire est d'accélérer leur rythme de course, et ils seront avec eux. Je pense que nous avons un pas beaucoup, beaucoup plus grand et plus raide hill grimper, mais j'espère que ce n'est pas impossible.

Q : (Stew Myrick – KTXX-FM 104.9 The Horn) Deux questions : Max, tu parlais du vent pendant la course, tu as parlé un peu de devoir lutter contre le vent. Et puis tous les trois 10 ans : de courses de F1 ici à Austin. Cela semble être une période importante, quand on regarde l'histoire de la Formule 1 aux États-Unis. Vous réfléchissez tous les trois, mais surtout vous Lewis et Max, au succès que cette course a connu ici dans l'ATX ?

MV: Ouais, aujourd'hui c'était un peu délicat avec le vent. Cela rend la voiture un peu moins prévisible et aussi, bien sûr, plus la dégradation est importante, car bien sûr, nous faisions pas mal d'arrêts aux stands ici. Ouais, parfois tu prends un bon rythme et tout se passe comme ça et il ne se passe pas grand-chose, juste en suivant les pneus. Mais autour de vous, vous devez être très concentré et vraiment [faire] attention aux détails, il est facile d'avoir un blocage ou de perdre l'arrière, donc vous deviez certainement être plus dessus. Mais c'est cahallenge. C'est pareil pour tout le monde. Je n'étais pas là, bien sûr au départ en 2012 mais c'est une piste incroyable. La plupart des nouvelles pistes sont… vous perdez un peu de l'ADN d'un circuit old school mais je pense que c'est vraiment proche de ça parce que ce premier secteur est juste fou. Bien sûr, il y a quelques virages à basse vitesse, mais la piste est idéale pour la course et je pense que la plupart des pilotes adorent venir ici. De plus, la ville grandit beaucoup. Beaucoup de gens viennent ici; les grandes entreprises aussi. J'aime toujours venir ici et voir vraiment la ville grandir depuis la première fois que j'étais ici en 2014 pour une session FP1 jusqu'à aujourd'hui ; c'est assez impressionnant. Et oui, j'espère bien sûr que nous pourrons venir ici encore de nombreuses années.

LH: Ça a été un voyage incroyable de venir ici. J'ai toujours passé beaucoup de temps aux États-Unis. En venant à Austin pour la première fois en 2012, j'ai fait une course incroyable ici. C'était très, très proche de la ville. Maintenant, aller dans la ville, voir la croissance à travers la ville et les nouveaux bâtiments, les nouveaux hôtels, voir tellement de croissance en son sein et de plus en plus de gens ici. J'ai pu voir beaucoup plus de la ville au cours de ces années et me sentir très, très à l'aise ici. Je dirais que cela a probablement été mon séjour préféré de l'époque. Je suis resté un peu à la périphérie de la ville, surplombant la ville tous les jours, et c'est définitivement un endroit où je pense que je pourrais vivre. Alors que New York est toujours ma ville préférée, mais c'est une très, très proche deuxième, je dirais. Ouais. Ah, génial. Bon à savoir.

Q : (Stew Myrick – KTXX-FM 104.9 The Horn) Aimeriez-vous vivre ici ?

LH: Ouais. Impressionnant. Bon à savoir.

MV: Les impôts c'est bien non ?

CL: Oui, pas grand chose à ajouter, pour être honnête. J'adore la piste. De toute évidence, c'est une piste tellement excitante. C'est vraiment, vraiment bon pour la course mais c'est aussi très, très excitant sur un tour des qualifications et comme je le disais auparavant, je ne suis venu ici que cinq fois, mais les cinq fois où je suis venu ici, ça ne fait que grossir et de plus en plus de gens arrivent, ce qui est formidable à voir.

Q : (Alex Kalinauckas - Autosport) Max, juste avant le deuxième départ, nous vous avons entendu vous plaindre de la maniabilité, des problèmes là-bas, et il semblait également que les changements de strat n'aidaient pas les choses. Expliquez simplement ce qui se passait et à quel point cela a-t-il rendu les choses difficiles pour vous ?

MV: Ouais, c'était juste un changement rotatif qui a ensuite influencé un peu la reprise des gaz, ce qui peut arriver, donc nous sommes juste revenus à l'autre réglage et c'était un peu mieux. Mais c'est quelque chose… bien sûr, nous essayons toujours de peaufiner quoi que ce soit, surtout sur une piste comme celle-ci où c'est un peu cahoteux, ça s'aggrave probablement un peu donc nous devons être un peu plus précis. Mais une fois que je suis retourné à mon autre cadre, ce n'était pas trop mal.


✅ Découvrez plus de messages avec des sujets connexes :

5 commentaires d'un fan de F1 sur "Conférence de presse d'après-course 2022 USA F1 Grand Prix »

    • Donald

      Piease, s'il vous plaît, ramenez Masi avant que la nouvelle fia ne cause un "CATASTROPHE" FI EN ATTENTE TROP DE DÉSÉSIONS ET DE PÉNALITÉS ILS SONT ABSOLUMENT INUTILES,, ,, Strop,, ROR, dites quelque chose avant que votre sport bien-aimé ne soit au bas de la pile, , en ce moment, c'est comme la POLITIQUE BRITANNIQUE qui est aveugle et ne peut pas trouver son chemin,, comme les écoliers qui boudent parce qu'ils ne peuvent pas avoir leur propre chemin,,, "SAY SOMETHING"

  1. Shroppyfly

    Je veux que Masi revienne aussi, pas parce qu'il a offert à Max son premier WDC -, et je dis jeune fille, parce qu'il n'a pas fait ça tout seul et mmmm ils seront encore quelques-uns avant qu'il en ait fini avec la F1, non je veux que Masi revienne parce qu'il en quelques petits mots, il a claqué Christian en plein dans le baiser, Toto-nous sommes allés à la course automobile, Ahhhh quelle joie, quelle joie musique à mes oreilles pour toujours plus

Quelle est votre opinion de fan de F1?

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

S'il vous plaît suivez notre commenter les directives.