16 avril - Alfa Romeo reviendra au sport automobile de premier plan - mais ce ne sera probablement pas la Formule 1.

Le constructeur automobile italien de luxe a quitté la F1 à la fin de la saison dernière, suite à un accord de dénomination. Nettoyer a pris fin et l'équipe suisse a poursuivi sa transition actuelle vers la propriété complète d'Audi.

Et du point de vue de la société mère d'Alfa Romeo, Stellantis, dirigée par le PDG Carlos Tavares, il y a certains regrets quant à la fin du rêve de la F1 pour l'instant.

"Quand on regarde le retour sur investissement, la Formule 1 est probablement l'outil marketing le plus efficace", a déclaré Tavares lors de la dernière manche de la Formule E à Misano, en Italie.

"En termes d'impact médiatique, c'est la meilleure catégorie", a-t-il ajouté. "Avant le plafonnement budgétaire, les dépenses se situaient entre 100 et 500 millions d'euros par an.

"Le plafond des coûts est un bon outil pour niveler les coûts et le retour sur investissement, c'est pourquoi la Formule 1 est le meilleur outil de marketing dans le domaine des courses."

L'accord d'Alfa Romeo avec Sauber concernait principalement le marketing, mais le constructeur automobile s'est quelque peu impliqué sur le plan technique en collaboration avec le fournisseur de l'équipe. Ferrari.

"La Formule 1 est un outil fantastique pour développer la technologie hybride", poursuit Tavares. "Le seul problème qu'ils ont, c'est qu'ils se heurteront à l'interdiction des moteurs à combustion d'ici 2035."

En effet, à partir de 2035, les nouvelles voitures routières émettant toute sorte de CO2 seront interdites en Europe.

"C'est une question qui s'adresse aux dirigeants de la Formule 1", a déclaré Tavares. "Que ferez-vous lorsque l'industrie automobile sera confrontée à l'interdiction des moteurs à combustion ?

"Jusqu'à présent, ils ont utilisé la technologie hybride pour contribuer au développement de batteries et de nombreux autres composants, mais ils ont encore ce problème stratégique à résoudre."

Il affirme également que le coût de l'implication d'Alfa Romeo dans la F1 d'un point de vue financier est également difficile à justifier.

"Nous devons faire un raisonnement éthique et penser aux gens que j'ai dans l'usine, qui comptent des centimes pour pouvoir rivaliser sur le marché de la mobilité zéro émission avec les concurrents asiatiques", a déclaré Tavares. "Comment puis-je regarder les travailleurs dans les yeux et leur dire que nous dépensons 20 millions pour la Formule 1 alors qu'ils demandent quelques centimes ?

"C'est une question éthique à laquelle je suis très sensible, car je suis très proche de mes travailleurs", a-t-il expliqué. "D'un point de vue éthique, c'est également un problème pour la Formule 1."

Cependant, Tavares a déclaré qu'il relancerait néanmoins l'implication d'Alfa Romeo dans la course automobile de premier plan - sans donner aucune indication sur de quelle série il pourrait s'agir.

"Le sport automobile fait partie de l'ADN de la marque", a-t-il insisté. "La décision ne sera probablement pas prise avant la fin de cette année, mais Alfa Romeo je reviendrai certainement.

"Chaque série sportive vit en cycles : un démarrage raisonnable, une expansion, une explosion, un déclin et puis on recommence. Il est donc essentiel d'entrer dans un championnat au bon moment."


✅ Découvrez plus de messages avec des sujets connexes :

Un fan de F1 commente sur "Le renouveau du sport automobile d'Alfa Romeo : un timing précis pour un retour en premier »

Quelle est votre opinion de fan de F1?

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

S'il vous plaît suivez notre commenter les directives.